Foisonnement et stockage permettent-ils d'améliorer le rendement des éoliennes ?

 Problématique

Une caractéristique fondamentale de la production électrique éolienne est le caractère très irrégulier de la production, conséquence de la grande variabilité du vent. En moyenne un parc éolien ne produit donc que 20 à 25 % du temps (à peine 22 dans notre région). Cela a deux conséquences majeures :
  1. le rendement économique des parcs éoliens est très médiocre et leur viabilité nécessite des subventions massives payées par ce contribualble et le client d'EdF.
  2. les périodes de non production des parcs éoliens doivent être compensées par des centrales électriques flexibles, pouvant être démarrées ou arrêtées au gré des caprices du vent. Seules les centrales thermiques offrent cette flexibilité. Il en résulte de très importants rejets de CO2 et donc une forte aggravation du réchauffement climatique; sans parler de la pollution générée par ces centrales.
Deux solutions permettaient de réduire ces inconvénients et d'améliorer la rentabilité économique de l'éolien tout en réduisant son impact très négatif sur l'environnement:
  1. le bénéfice du foisonnement
  2. le stockage de l'énergie
Le foisonnement est le fait que si beaucoup de parcs éoliens sont interconnecté dans des régions très diverses et même des pays très divers, on devrait obtenir au total une production d'électricité plus régulière car "il y a toujours du vent quelque part".

Le stockage de l'énergie n'est aujourd'hui possible à très grande échelle qu'en pompant de l'eau pour remplir les barrages. Or cette solution atteint ses limites car d'une part tous les sites équipables en barrages l'ont été, d'autre part elle n'est pas sans inconvénient pour la vie aquatique. Les autres solutions actuelles (gaz comprimé, batteries) sont marginales car coûteuses ou peu efficaces. C'est pourquoi la solution futuriste de stockage par production d'hydrogène par électrolyse suscite beaucoup d'espoir.

 Conclusion de l'étude

Hélas l'étude montre que ces 2 solutions sont en réalité très décevantes :

- le foisonnement n'améliore que très faiblement la régularité de production des éoliennes
- la production d'hydrogène par électrolyse aurait un rendement médiocre et un coût très élevé du fait du fonctionnement très intermittant des éoliennes (ainsi par exemple les coûteux équipements d'électrolyse ne seraient utilisés qu'une faible fraction du temps)

Au total le problème d'irrégularité de production des éoliennes et de leur effet très négatif sur les émissions de CO2 reste entier et constitue un handicap majeur de la filière.